Mise à jour le: 04/07/2017
L'histoire continue d'année en année...

Sur ce site je vous raconte mon histoire de santé.

Les mots-clés de mon histoire sont:

vessie, rétention urinaire, cathéter sus-pubien, col vésical, plastie de la vessie, miction, adénome.

Ci-dessous un cathéter sus-pubien en place

Sortie du cathéter sus-pubien

Ce cathéter sus-pubien est un tuyau en plastique (silicone) avec un simple bouchon à une extrémité et l'autre qui traverse la paroi du bas du ventre jusqu'à l'intérieur de la vessie, afin de vider celle-ci, elle même ne pouvant le faire complètement. Il suffit d'enlever le bouchon pour vidanger. Le cathéter est fixé au corps par un fil cousu à la peau et aussi par un pansement.

J'ai décidé de raconter mon histoire de santé, car malgré mes recherches sur la toile, je n'ai pas trouvé de témoignage d'après les mots-clés ci-dessus.

L'histoire que je vous raconte suit le sens chronologique des événements, du premier jour, à aujourd'hui. Vous verrez quelques photographies du cathéter sus-pubien que j'ai eu, comme l'image ci-contre. Je précise qu'il n'y a rien de dramatique à cela.

QUELQUES LIENS

J'habite dans le département du Doubs, le Conseil général diffuse un magazine "Vu du Doubs" dans le magazine du mois de mai 2005 page 22 un article intéressant, un portrait des chirurgiens urologues de la clinique Saint-Vincent de Besançon, leaders en France, là ou je me suis fait opérer de la vessie. Cliquez ICI pour lire l'article.

Voici quelques liens intéressants à consulter

Docteur Clément Darcq, mon urologue

Docteur Benoît VOGT Chirurgien Urologue

Association française d'Urologie

Vessie

Coupe coronale vessie vide et vessie pleine

Appareil Urinaire

VulgarisMedical - Encyclopédie Accueil

Ce lien ci-dessous montre une salle pour faire un bilan uro-dynamique c'est bien les mêmes matériels que j'ai vus lors de mon test, surtout le siège, c'est exactement le même.

urologyweb Urodynamics

En utilisant le moteur de recherche Google et recherche d'images et comme mots clés vessie et bladder (vessie en anglais) vous pourrez voir plus de chose que la recherche de site.

Soins avec un cathéter sus-pubien

Soins que j'ai eus tous les deux jours à mon cathéter sus-pubien par un infirmier.

1) le pansement est enlevé, on voit le tuyau qui rentre dans le bas du ventre jusqu'à l'intérieur de la vessie

cathéter sus-pubien

2) Pose d'un désinfectant, de la bétadine dermique.

Pose de la bétadine dermique

3) Pose d'un bout de gaz pour soutenir le tuyau et l'empêcher de se couder

soutient du tuyau

4) Pose de la compresse de protection

compresse stérile

5) Pose du collant de protection ( Hypafix) et fixation du drain (le tuyau), bien le pincer au collant.

Hypafix mis en place

6) Fin des soins

Les soins sont finis

mettre le slip en place et recommencer dans deux jours

Quelques graphismes

En jaune, mictions naturelles en bleu par le cathéter.

Miction avec envie

Couleur verte mictions naturelles en rouge par le cathéter. On peut remarquer que le résidu est constant.

Mictions naturelles et par cathéter

Téléchargement du fichier de mes relevés, c'est un fichier "Excel" de la version 7 Win95. Il s'ouvre avec d'autres versions supérieurs.

Miction.zip (66ko)

Mon expérience, vivre avec un cathéter sus-pubien:

- Lors de ma douche j'enlevais tout le pansement, j'attachais le bout du cathéter avec un collant sur moi-même en m'arrangeant à ce que le tuyau soit le plus naturellement mis en place, je ne le laissais pas pendre. Je faisais un premier rinçage avec le pansement, ensuite quand je me savonnais le pansement était enlevé et refait tout de suite en sortie de douche, par ma femme, qui était provisoirement infirmière et quelle savait très bien faire.

- Bien se laver les mains avant d'utiliser le cathéter pour vidanger.

- Après un changement de cathéter, éviter durant la première semaine des efforts, afin d'éviter du sang dans les urines. Après une stabilisation on peut faire pratiquement ce que l'on veut du moment que l'on a pas de gène.

- Il m'est arrivé quelques fois de ne pas faire de vidange durant la journée par le cathéter lorsque je me trouvais en ballade ou en visite chez des amis. Bien sûr le matin et le soir je le faisais bien.

- Quand je me trouvais hors de chez moi, j'emmenais un bouchon de secours pour le cathéter au cas ou il tomberait par terre par exemple ou carrément dans les toilettes..

- Je buvais 1/2 litre d'eau le matin et l'après-midi, afin de minimiser l'infection urinaire. Les petites bouteilles d'un 1/2 litre sont impeccables.

- La journée le bouchon du cathéter n'était pas fixé par du collant, afin d'éviter d'avoir trop de collant sur la peau car j'avais des irritations, grâce à de la crème Biafine elles se soignaient bien. Par contre la nuit j'attachais bien l'ensemble pour ne pas risquer de l'arracher.

Remerciements.

Je remercie les docteurs qui m'ont suivi, donnés de bons conseils et plus particulièrement mon dernier urologue qui m'a bien opéré, et les infirmières qui m'ont bien soignées.

Je remercie l'infirmier et l'infirmière qui sont venu trois fois par semaine pour refaire mon pansement.

Je remercie ma chérie (ma femme) qui me refaisait le pansement après ma douche et mes enfants qui attendaient que mes mictions soient finis car je squattais la salle de bain (plus pratique) 4 fois 15 minutes par jours.

Avant propos:

Je tiens à préciser, que je ne suis pas médecin, que ce n'est que mon histoire et surtout pas la vôtre, on est tous différents. Je pense malgré tout que cela puisse vous aider à comprendre certaines choses. Cette histoire commence en 2004, j'avais 50ans, je suis de 1954, marié, je mesure 1m80, pèse 72.5 kilos, je ne fume pas, je fais du vélo pour le plaisir, je mange de tout et n'abuse de rien. Je travail en usine et que je suis nul en français, alors pardonnez-moi de mes erreurs de français.


Mon histoireMon histoireMon histoire

Un problème de santé m'est apparu sournoisement, c'est ce que je vais vous exposer ci-dessous.

J'ai eu un souci de rétention des urines. Cela veut dire que lors de mes mictions (quand j'urine), la vessie ne se vidait pas complètement, il m'en restait une moitié sur un volume d'une moyenne de 900ml qui est une grosse vessie car la norme est de 350 a 600 ml chez l'homme et 250 à 500 ml chez la femme.

Au commencement

Tout a commencé petit à petit, lorsque j'urinais le jet se faisait de moins en moins puissant et de plus en plus difficile à démarrer, cela sur deux ou trois années. La dernière année de mes soucis, lorsque je me trouvais dans un lieu public, aux urinoirs, j'avais tout juste commencé à uriner que ceux qui étaient arrivés en même temps que moi avaient déjà fini. J'avais aussi des envies subites et urgentes d'uriner, principalement le soir quand j'allais sur mon ordinateur qui est situé dans une pièce froide. J'avais juste le temps de le mettre en route qu'il me fallait aller uriner et la plus part du temps pour ne pas faire grand chose, ça commençait à devenir pénible. Par la suite j'ai eu une infection urinaire, ça me démangeait à l'extrémité du pénis. Je suis allé consulter mon médecin afin de lui faire part de mes démangeaisons et lui expliquer le problème de mes mictions. Avant cette fois là, j'ai eu plusieurs occasions de le voir pour de simples rhumes, mais je pensais que mes problèmes de mictions étaient des bricoles, je n'avais aucunes douleurs. Après avoir expliqué à mon médecin mes soucis, par une simple question il parvient à diagnostiquer mon problème. Il m'a demandé si la nuit j'avais des envies d'uriner. Je lui répondis que non, jamais, alors il diagnostiqua une fermeture du col vésical, si j'avais eu des envies d'uriner la nuit c'était la prostate. (Le col vésical est la sortie intérieure de la vessie, ça ressemble à un entonnoir). Mon médecin fit un courrier à un urologue et les jours suivants je pris rendez-vous. Lors du premier rendez-vous chez l'urologue, il me demanda de boire plusieurs verres d'eau à la suite afin d'avoir envie d'uriner. Une fois l'envie, j'ai fait dans un appareil pour mesurer le débit et le volume de la miction. Ensuite il m'a fait une échographie de la vessie. Il s'est rendu compte qu'il restait un très gros volume d'urine, ce qui s'appelle la rétention urinaire. L'urologue me fit passer des examens complémentaires entre autres des échographies et des radiographies en cours de miction afin de voir le passage des urines, on m'avait injecté par piqûre un produit sensibilisant, les radios n'ont pas données satisfaction car le produit sensibilisant était trop dilué par rapport au volume des urines. Une fois les examens terminés l'urologue confirma le rétrécissement du col vésical. Il fallait m'opérer. L'urologue m'expliqua que l'opération consistait à une simple remise en forme de la tuyauterie, il faut gratter au niveau du col vésical afin d'agrandir le passage, et que j'aurai un cathéter sus-pubien, ce jour là, je n'avais pas compris ou mal entendu le terme de cathéter, je ne me doutais pas que j'allais avoir ce cathéter sus-pubien pendant treize mois, plus d'un an, avec les craintes les doutes que cela comportent de plus j'y suis pour quelque chose tout de même, c'est ce nous allons voir un peu plus loin ci-dessous.

L'opération du col vésical

Vu les examens, l'opération du col vésical était prévu pour le 12 février 2004.

(Le col vésical est la sortie intérieure de la vessie, ça ressemble à un entonnoir)

Pour l'opération j'ai été endormi par péridural (que le bas du corps endormi) on ne sent rien durant l'opération, mais le fait d'être conscient m'angoissait, ça a duré une bonne demi-heure. Après l'opération je me suis trouvé dans la salle de réveil, on me demandait de temps en temps si je pouvais bouger les doigts de pieds, le souvenir qu'il me reste lors du réveil c'est la sensation que j'ai eue lorsque j'ai touché ma cuisse, c'était une chose qui était chaude et rugueuse avec les poils, et que je ne sentais rien au niveau de ma cuisse, comme morte.

Durant l'hospitalisation, un moment après être arrivé dans ma chambre, j'ai vu que j'avais un cathéter sus-pubien, là, on m'a expliqué ce que c'était et l'usage qu'il fallait que j'en fasse. Durant les trois premiers jours j'étais branché à un goutte a goutte, de l'eau, afin de faire un lavage vésical. J'avais une sonde vésical dans l'urètre, un tuyau jusqu'à l'intérieur de la vessie et connecté à une poche pour réceptionner les urines, les urines étaient rouges de sang. Une fois la sonde s'était bouchée par un caillot de sang, ça ne coulait plus dans la poche, et d'un coup j'ai eu mal, l'infirmière est venue et a enlevé le bouchon du cathéter sus-pubien afin de vider la vessie et d'autres choses que je ne me souviens plus, et tout est rentré dans l'ordre. Le quatrième jour on m'enlève la sonde urinaire, durant les deux premières mictions il me fallait enlever le bouchon du cathéter car j'avais quelques douleurs en voulant mictionner. Le cinquième jour tout va pour le mieux, j'urine de façon naturelle et je vide le reste de la vessie par le cathéter. Je suis sorti le sixième jour, comme consigne il me fallait uriner naturellement autant de fois que j'avais envie et finir de vidanger ma vessie trois par jour par le cathéter et de boire beaucoup d'eau afin de diminuer les infections urinaire.

Treize mois avec un cathéter sus-pubien

J'ai donc passé treize mois avec un cathéter sus-pubien, en général tout est bien allé.

Six fois on m'a changé de cathéter, le changement de cathéter se fait sans douleur. C'est même étonnant, je ne sentais rien du tout. J'ai eu deux types de cathéters différents, l'un avec un ballonnet, l'autre comme sur les photos ci-contre maintenu avec un fil cousu à la peau. Le principe du cathéter à ballonnet est simple, une fois le cathéter posé, le praticien gonfle un petit ballonnet avec de l'eau stérile situé à l'extrémité du cathéter se trouvant à l'intérieur de la vessie, ce qui empêche l'extraction du cathéter, si l'on tire dessus. Le premier cathéter que j'ai eu était fixé par un fil, il a été changé un mois et demi après l'opération. Celui là, je l'avais bien supporté, le deuxième était un cathéter avec ballonnet, je l'avais bien supporté également, mais je trouvais que son débit était bien faible, donc long à finir de vidanger la vessie. Le troisième cathéter a été changé au bout du troisième mois, c'était aussi un cathéter à ballonnet, celui là je ne l'ai pas supporté. C'était souvent qu'il y avait du sang dans les urines et j'avais des douleurs. Les trois autres cathéters n'étaient plus à ballonnet, ils étaient fixés par un fil cousu à la peau, je les gardais trois mois, ils ne me posaient aucun problème. Par contre le dernier cathéter m'avais donné des soucis, il y avait du sang dans les urines au bout du troisième jours, il faut dire que je m'étais promené à pieds, deux à trois heures et d'un bon pas, sans doute que le fait de marcher alors que l'on venait de me le poser provoqua les saignements. Je pense qu'il faut attendre une semaine tranquillement avant d'aller trop fort après la pose d'un autre cathéter. Quand il y a du sang dans les urines il faut boire beaucoup pour nettoyer la vessie et en principe ça rentre dans l'ordre rapidement, des fois dans l'heure qui suit ou là dernièrement au bout de trois jours. Ce fut le dernier cathéter que j'ai eu.

Pourquoi treize mois avec un cathéter sus-pubien.

En principe je devais avoir un cathéter sus-pubien pour trois mois maximum.

J'ai eu un cathéter sus-pubien pour éliminer la rétention urinaire. Normalement le simple fait d'avoir été opéré du col vésical devait faciliter l'écoulement des urines. Mais ma vessie s'était distendue avec le temps, elle devait se rétablir au bout de trois mois maximum. Avant les trois mois voyant que la situation ne changeait gère, que mon urologue me proposait une opération, je suis allé voir un autre urologue le deuxième, lui me proposa de poursuivre encore trois mois, car il se pouvait que la vessie qui est un muscle se rétablisse avec le temps et de vider par le cathéter quatre fois par jours, matin, midi, soir et avant d'aller au lit. Au bout de pratiquement six mois ca ne changeait toujours pas, alors je suis allé voir un troisième urologue, lui me conseilla de ne pas me faire opérer avant d'aller voir un spécialiste pour faire un bilan uro-dynamique. Il m'a fallu attendre trois mois pour avoir un rendez-vous avec ce spécialiste, donc toujours avec mon cathéter, cela fait neuf mois. Le spécialiste me posa quelques questions et me donna rendez-vous pour dans deux mois. Une chose incroyable, j'ai raté mon rendez-vous pour le bilan uro-dynamique, je ne vous dis pas dans quel état j'étais, j'en suis toujours étonné, attendre cinq mois pour un test et rater son rendez-vous c'est vraiment incroyable. J'ai donc eu un second rendez-vous un bon mois après.

Pendant tout ce temps je voyais mon premier urologue afin de changer le cathéter de temps en temps, il ne m'a pas forcé de m'opérer, il me disait que l'opération devait fonctionner puisqu'il avait opéré quelques personnes et que j'avais bien raison d'agir ainsi, il ferait de même.

Avant d'avoir les résultats du bilan uro-dynamique je suis allé voir un quatrième urologue, je l'avais déjà vu quelques mois avant et lui aussi me proposa une opération de la vessie et que ça marchait bien, il a connu aussi quelques cas. Cet urologue est bien réputé dans la région, donc je lui ai demandé d'anticiper une entrée à la clinique. J'ai aussi préféré la clinique car je pouvais avoir une chambre particulière alors qu'à l'hôpital, pour l'opération du col vésical il y avait deux autres personnes avec moi, ce qui manquait d'intimité et de liberté pour les mictions. Nous avons pris la journée du 14 mars 2005, treize mois après la première opération du col vésical. Entre temps les résultats du test ont démontrés que tout fonctionnait, mais que la vessie n'avait pas de force, ce qui confirmait le diagnostique du premier et du quatrième urologue, donc je suis parti me faire opérer en toute confiance. Je ne voulais pas me faire opérer sans être certain du problème.

Certain peuvent penser que de voir quatre urologues c'est exagéré, mais s' il faut se faire opérer par le premier diagnostique je trouve ça risqué. Les soucis, c'est bien moi qui les ai par la suite. On demande bien plusieurs devis lors d'une construction d'une maison ou d'une réparation sur sa voiture, alors pour son corps, pour sa santé, j'estime que c'est normal, c'est pas un simple rhume.

L'opération, la plastie de la vessie.

L'opération de la vessie consiste à diminuer son volume en utilisant la méthode de Paréto. Cela consiste en gros à la couper et rabattre chaque coté l'un par dessus l'autre ce qui donne plus de force par la suite. Tout c'est bien passé, je suis resté huit jours a la clinique.

J'ai été endormi complètement, l'opération a duré une heure. J'ai été ouvert sur 12 cm de haut en bas en dessous du nombril. En me réveillant, j'avais une sonde urinaire, deux drains, une perfusion avec un anti-douleur, un autre cathéter sus-pubien, ce cathéter était là par sécurité si au cas ou la vessie avait un problème, comme une soupape. La perfusion je l'ai eue trois jours. Au bout du cinquième jour, on m'a enlevé les deux drains, ça fait mal sur le coup (ce sont deux tubes de 3 millimètres de diamètre, de dix centimètres de long, avec des petits trous tout partout afin d'écouler le sang). Le sixième jour, on m'enlève les vingtaines d'agrafes de l'ouverture pratiquée lors de l'opération. Le septième jour au petit matin, on m'enlève la sonde urinaire, ce n'est pas non plus très agréable, il faut dire que la sonde faisait un diamètre de cinq millimètres. durant cette journée j'ai donc uriné naturellement, j'ai fait dix fois un volume de 250ml environ, (je buvais beaucoup) je n'ai senti aucune douleur. Le huitième jour, c'est le jour de la sortie pour 11 heures. Avant de sortir on m'enlève le cathéter sus-pubien puisque je pouvais uriner naturellement sans soucis. J'ai eu six semaines de convalescence. La première semaine j'étais facilement fatigué, c'est à la troisième semaine que je commençais à mieux marcher et moins fatigué. A ce moment là j'urinais environ 400 a 450ml en une minutes et quinze secondes afin de très bien vider.

Conclusion.

Je n'ai pas pris le risque de me faire opérer à la va vite, c'est vrai ça m'a pris pas mal de temps. Je ne pouvais pas faire du vélo à cause du cathéter sus-pubien car il me gênait et aussi afin d'éviter des saignements, à par cela j'ai vécu normalement, je buvais un litre d'eau par jours de plus que j'avais besoin. Je vidangeais après la miction quatre fois par jour par le cathéter, ça prend du temps, pratiquement quinze minutes à chaque fois, puis je notais les mictions faites par la voie naturelle et par le cathéter. Tous les deux jours, j'avais l'infirmier qui venait à dix-huit heures. J'ai eu la chance de ne pas être trop allergique au collant du pansement et à la bétadine, de temps en temps à cause du collant, j'avais un peu d'irritation, je mettais de la crème Biafine contre les brûlures. Juste avant de reprendre mon travail, j'avais revu l'urologue qui m'avait opéré, il m'avait fait une échographie, j'avais un résidu de 150ml, ce qui est acceptable. Au mois de décembre je passe une cystoscopie. Je pense que ça devrait très bien aller, tout à l'air de fonctionner normalement, je n'ai plus de cathéter. Je n'ai pas une vessie d'un jeune homme de vingt ans, mais c'est bien quand même.

Voici un article de presse de "Vu du Doubs" concernant la clinique ou je me suis fait opérer, c'est le Dr Etienne DARCQ qui m'a opéré de la plastie de la vessie, cliquez ICI pour lire l'article.

Evolution de la situation après m'a deuxième opération:

Mai 2005:

Bientôt 3 mois que l'opération a été faite. Je n'ai pas de soucis, j'urine bien surtout quand l'envie est plus forte, que je fasse 250ml ou 550ml le temps de miction est sensiblement le même en une minute je vide presque tout et quinze secondes afin de bien vider.

Septembre 2005:

Bientôt 6 mois, j'ai plus de sensibilité aux envies d'uriner, la sensation d'envie d'uriner est plus linéaire, ça me parait plus naturel, j'ai moins de doute sur les besoins,je peux dire que ça s'améliore encore.

Décembre 2005 (un peu déçu)

Cela fait 9 mois que je me suis fait opérer, j'ai passé une visite. J'ai eu une cystoscopie (examen pour voir à l'intérieur de la vessie avec un système optique, c'est un tube fin muni à son extrémité d'une lentille et d'une source lumineuse) le col vésical est bien ouvert et la vessie est bien. Ensuite je suis allé uriner pour bien vider la vessie et passé une échographie. J'ai une rétention urinaire de 225ml, ce n'est pas spectaculaire comme résultat car si je compare mes volumes de rétention avant l'opération de la vessie il m'arrivait d'avoir des valeurs à peines plus fortes lorsque j'urinais avec un petit volume naturel et qu'avant l'échographie je n'ai pas uriné grand chose. Je serai curieux de savoir si avec une bonne envie d'uriner la rétention serait proportionnelle au volume de miction, c'est ce que je demanderais au docteur la prochaine fois.

Juin 2006(C'est beaucoup mieux)

Le 13 juin 2006 j'ai eu un rendez-vous avec mon urologue Dr Etienne Darcq, il m'a fait une échographie afin de contrôler le résidu de ma vessie. Je suis content car le résidu est de 125 ml, ce qui est très correct, je n'avais pas envie d'uriner, j'ai donc fait très peu, mais bien vidé. Deux, trois fois depuis une quinzaine de jours j'ai eu des douleurs que je n'avais jamais eux depuis l'opération, le docteur m'a proposé de le contacter si ça continue. Dans un an je fais une autre visite, je me sens dans une très bonne forme.

Décembre 2006

Bientôt 2 ans que tout a commencé et je peux dire que tout va bien, aucune douleurs et autre sensation.

Juin 2007 (Ce n'est pas l'idéal)

J'ai fais faire un PSA, pour vérifier si la prostate n'a pas de problème, ca c'est bon, voir l'article dans l'encadré bleu ICI;
j'ai passé une échographie de routine, j'avais 300ml de résidu, ça ne va pas dans le bon sens. J'ai une cystoscopie dans 3 semaines afin de vérifier s'il y a des polypes car à la première opération une polype à été trouvée.
Les 3 semaines passées, la cystoscopie révèle que le col vésical n'est pas assez ouvert, j'ai une visite au mois de novembre 2007. En attendant j'ai deux médicaments à prendre du Mestinon de 60mg un le matin et un le soir et du Omexel un le soir pour améliorer la miction, pour le moment je ne sens pas de différence, je verrais à la prochaine visite.

Novembre 2007

Visite de routine, l'échographie rélève une valeur de 230ml, la prostate est souple. Le docteur dit qu'il y a stabilisation de la vessie.
J'ai rendez-vous pour dans un an, je continue à prendre des comprimés 1 mestinon le matin et le soir et 1 Omexel le soir. le mestinon favorise l'ouverture du col vésical, l'Omexel favorise la poussée;

Novembre 2008

j'ai passé une échographie de routine, j'avais 300ml de résidu, c'est moins bien que dans les débuts mais ça ce maintien. J'ai une cystoscopie dans 3 semaines afin de vérifier s'il y a des polypes car à la première opération un polype à été trouvée.
Les 3 semaines passées, la cystoscopie ne révèle rien, j'ai une visite au mois de novembre 2009. J'ai plus qu'un médicament à prendre de l'Omexel un le soir pour améliorer la miction, tout va bien.

Novembre 2009

Encore une échographie de routine, j'avais également 300ml de résidu, ça confirme la stabilisation. l'année prochaine en 2010 je passe une cystoscopie de contrôle afin de vérifier s'il y a des polypes et certainement voir l'état interne de la vessie.
Je continue la prise du médicament Omexel un le soir, ma vessie ne me pose aucun problème, tout va bien. Je continue donc les visites afin de vérifier que la rétention de la vessie n'évolue pas, du coup à chaque visite, j'ai un contrôle de la prostate.

Octobre 2010

j'ai passé une cystoscopie de contrôle afin de vérifier s'il y a des polypes et aussi voir l'état interne de la vessie. Je n'ai pas de polype, j'en suis bien heureux. Maintenant, je ne redoute plus la cystoscopie ça fait quelques pincements durant le passage de la sonde et aussi avant le passage de la sonde une infirmière introduit dans la verge avec une seringue (sans aiguille) un gel dans l'urètre afin de l'anesthésier. Voici un lien En fait le dentiste c'est bien pire avec sa fraise. Ce n'est pas marrant de ce dévoiler, mais bon la santé avant tout. J'ai bien regardé le moniteur, le passage de la sonde de l'entrée de la verge à l'intérieur de ma vessie
Je continue la prise du médicament Omexel un le soir, ma vessie ne me pose aucun problème, tout va bien. La prochaine visite sera pour 2012, dans deux ans. Cela fait un peu plus de cinq années que je me suis fait opérer.

Novembre 2011

J'ai arrêté la prise du médicament Omexel, au début il me semblait que le jet était moins puissant, mais depuis quelques temps, je ne remarque pas de différence, tout va bien. La prochaine visite pour l'année prochaine.

Novembre 2012

Voila deux ans passés, mon docteur à changé, en fait, c'est le fils de mon précédent docteur qui est en retraite.
J'ai passé une échographie qui affiche une rétention de 800ml, en fait je repasse par la case départ. La situation se dégrade, dans un mois je passe une cystoscopie afin de vérifier le passage dans l'urètre.

Décembre 2012

Suite à la cystoscopie, il est confirmé que le passage est trop étroit. On me propose de m'opérer afin d'augmenter le passage, je propose un rendez-vous pour le début de l'année prochaine afin de prendre le temps de la réflexion.

Janvier 2013

Le docteur me fait une échographie qui confirme une rétention de plus de 800ml, sachant qu'une vessie standard est de 500ml en ayant une bonne envie d'uriner alors que je ne ressent rien, c'est incroyable. Nous décidons de m'opérer au début du mois de mars, agrandir le colle vésical et la prostate. Si après ça, la vessie se vide mal, je me demande ce qu'il me reste à faire. Le souci de la rétention c'est un risque de santé pour les reins.

Mars 2013, troisième opérations.

Voici 9 ans que je me suis fait opérer pour la première fois du col vésical.
Cette fois si, pour améliorer la miction le docteur m'opère la prostate, la prostate grossit et a tendance à gêner le passage des urines, Ici de bonnes explications et là aussi je suis rentré le dimanche à 15 heures à la clinique et je me suis fait opérer le lundi vers les 14 heures, j'en suis sortie le vendredi à 12 heures. J'ai gardé un cathéter sus-pubien jusqu'au mercredi à 18 heures.
Voici les étapes de mon hospitalisation:

  • Premier jour
    • 14 heures, je suis parti en salle d'opération.
    • 15h30 je me réveille.
    • 16 heures, je suis dans ma chambre, je suis équipé d'une sonde urinaire de lavage afin de laver la partie opérée reliée à une poche d'eau de 3 litres, remplacée lorsqu'elle est vide jusqu'à la suppression de la sonde et d'une perfusion pour éviter les douleurs.
  • Deuxième jour.
    • 7 heures, la perfusion antidouleur est enlevée, j'ai deux Doliprane de 500 mg en cas de douleur.
    • 7h 40, une prise de sang est effectuée afin de contrôler les globules rouges.
    • Le reste de la journée se passe bien.
  • Troisième jour
    • 6h30, la sonde urinaire est enlevée, il me faut boire beaucoup jusqu'a 2,5litres d'eau.
    • 15h30, Je ne peux pas uriner par la voie naturelle, le stress est bien présent, mais, grâce au cathéter sus-pubien la vessie est vidée. Le docteur m'explique que suite à l'opération, il y a un œdème ce qui limite le passage des urines, les urines sont rouges.
    • 21h40, j'ai pu uriner 60ml qui est très faible mais encourageant, le reste de la vessie est vidée par le cathéter, ce qui prend 1/2 heure tout de même.
  • Quatrième jour, prolongation du séjour.
    • 5h30, j'urine 150ml, ça va mieux, le reste par le cathéter.
    • Quelques fois dans la journée, j'urine de 75 à 150 ml.
  • Cinquième et dernier jour, c'est la sortie.
    • Je sort pour 12h, je garde le cathéter sus-pubien par sécurité, juste avant la sortie j'ai pu uriner 150ml, c'est très encourageant.
  • Les jours suivants, à la maison.
    • J'urine environ 300 à 400ml sans problème.
    • Durant 7 jours, j'ai une piqure "innohep 3500UI" un anticoagulant afin de prévenir d'un caillot de sang dans une veine ou une artère.
    • Une fois tous les deux jours un infirmier me fait le pansement du cathéter.
  • Le dizième jour et suivant, Suppression du cathéter.
    • Le cathéter est à ballonnet, il me gène beaucoup et me provoque des spasmes à la vessie. Le fait que j'urine normalement le médecin est d'accord pour me l'enlever. J'urine facilement 400ml et la rétention va de 400 à 600ml alors le cathéter n'est plus nécessaire comme élément de sécurité.
    • Durant mes mictions les urines sont colorés par du sang, c'est la même couleur que du thé, à la fin de la quatrième semaine après l'opération il n'y a plus de trace de sang dans les urines. Il me reste à patienter, j'ai quatre semaines d'arrêt maladie.
    • Depuis l'opération, j'ai de l'infection urinaire par un entérocoque, j'ai eu trois traitements par de la Furadantine qui n'a rien donnés, chaque fois, après 48 heures, l'infection est visible dans les urines, au début de la miction les urines sont un peu blanchie.
  • Deux mois après l'opération
    • Le 6 mai 2013, j'ai eu une visite de contrôle, Le résidu est de 400ml ça a diminué de moitié, le passage créé dans la prostate fait 13mm de diamètre. Le docteur m'a donné un traitement d'antibiotique avec du Clamoxyl de 500mg pour quinze jours avec 2 comprimés le matin, midi et soir. Trois jours après la fin du traitement, je fais un contrôle des urines, une ECBU. J'ai un autre médicament à prendre c'est du Mestinon 1 comprimé le matin et le soir pour 6 mois.
    • Le résultat de la ECBU est bonne, Mais, le lendemain matin l'infection réapparaît. Je téléphone à mon urologue, il me donne un cinquième traitement d'antibiotique de l'ofloxacine de 200mg pour 7 jours un le matin et un le soir. Si je m'aperçois que les urines sont troubles avec dans le premier jet de la blancheur, j'utilise l'ordonnance que j'ai eu pour une ECBU.
    • Voici 11 jours que mes urines sont sans infection, ouf!, l'infection est terminée. Cinq traitements pour éradiquer l'entérocoque.
    • Je vais passer l'été dans de bonne condition jusqu'à la prochaine visite chez mon urologue pour le mois de septembre.

    Septembre 2013,Visite six mois après la 3 ieme opérations.

    • Pour cette visite, il me fallait boire suffisamment 1/2 à 1 litre d'eau (je n'avais pas le droit au Beaujolais, c'est ce que ma femme m'a dit) afin de réaliser une débitmétrie. Cet examen consiste simplement à uriner dans un appareil afin de mesurer le débit d'urine.
      Ensuite une échographie pour mesurer le résidu dans la vessie, il restait 530ml, c'est beaucoup, mais mieux qu'avant l'opération.
      Je sais aussi, que le fait d'avoir une vessie bien pleine ne favorise pas un résidu minimum, il suffit de voir la courbe de mes relevés, durant l'année 2004.

      Personnellement, je pense que ma vessie est comme ça, elle a environ 400ml de rétention et j'ai bien l'impression que rien ne peut y faire quelque chose. Il faudra que je prenne un rendez-vous pour le mois de mai 2014, je verrais ce que le docteur me dit, à suivre...

Juillet 2014

Encore une visite chez le docteur, il me fait une échographie de la vessie avec une rétention de 700ml, vraiment c'est dingue, jusqu'où ça va aller? Je ne suis pas avec une méga vessie qui est au delà de 800ml, il ne manque pas grand chose pour en arriver là. Le docteur m'a aussi fait une échographie des reins pour voir s'ils sont gonflés, à ce niveau c'est bon. Pour dans un an, j'ai une analyse de la créatine qui est utile afin de surveiller les reins, voila pour cette année.

Fin juin 2015

Visite de cette année, le Docteur Darcq me fait une échographie de la vessie avec une rétention de 600ml,le docteur m'a aussi fait une échographie des reins pour voir s'ils sont gonflés, à ce niveau c'est bon. Maintenant je prends l'habitude, c'est comme ça, je retourne l'année prochaine en espérant que ça ne soit pas pis.

Juillet 2016

J'ai toujours droit à une échographie de la vessie et toujours avec une rétention de 559ml, comme l'année dernière une échographie des reins également, j'ai le rein gauche un peu plus petit que le droit. Je continue à vivre très bien, ça ne me pose pas de problème, la nuit comme le jour.
Je prends l'habitude de ces visites une fois par an, à l'année prochaine.

Juillet 2017

Nouvelle visite annuelle, l'échographie de la vessie montre une rétention de 717ml, toujours de plus en plus et comme l'année dernière une échographie des reins également. Je ne ressens rien, je vis normalement.

 

Suivant l'évolution de mes problèmes cette histoire évoluera, en principe en juin, juillet 2018 .

Copyright 2005 - 2017- Patrick Bourdin